03/11/1970 : Pascal-Annie, Cormorandière

  

Le 3 novembre 1970 le temps est beau et le vent nul, ce qui est assez rare a cette époque de l’annee. Monsieur Georges Haran, capitaine et armateur du « Pascal-Annie », part effectuer une extraction de sable dans l’Anse à Philibert, ainsi qu’il a coutume de le faire depuis plusieurs annees. En plus de ce travail, le « Pascal Annie » assure le service inter îles entre Saint-Pierre et l’Ile de Miquelon-Langlade. Pendant la saison estivale ce bateau fait un service quotidien de passagers entre Saint-Pierre et Fortune dans l’Ile de Terre-Neuve.

Une heure environ après être arrivé dans l’Anse à Philibert, le vent s’oriente au Sud-Est très doucement. L’extraction se poursuit pendant plusieurs heures; au moment où elle se termine, le vent souffle déjà fort de l’Est-Sud-Est et le ressac s’amplifie très vite sur la grève. Au moment d’appareiller, le moteur tarde à démarrer et le « Pascal-Annie » talonne une première fois. Voyant que la machine ne répond pas, le capitaine Haran demande de l’aide car son bateau talonne de plus en plus fort sur les rochers.

Deux bateaux partent immédiatement pour aider le camarade en difficulté. Il s’agit du « Diamant », capitaine Joseph Poirier, et de la « Cormorandière », la vedette des Phares et Balises, commandée par Charles Tillard. Le « Diamant » réussit parfaitement sa prise de remorque.

Il n’en est pas de même pour la « Cormorandière ». Au moment de la prise de remorque, celle-ci prend dans l’hélice de la vedette qui vient se coller au « Pascal-Annie ». Le vent augmente d’intensité et malgré la bonne volonté et la ténacité du patron du « Diamant », il ne peut dégager les deux bateaux échoués.

Il est obligé de larguer sa propre remorque et de revenir au port. Le sort des deux bateaux est scellé: c’est la mer, maintenant en furie, qui aura le dernier mot. Les deux équipages évacuent le bord avec quelques difficultés. Pendant plusieurs jours ce fut une lente agonie pour ces deux bateaux qui ne voulaient pas mourir. Le perte du « Pascal-Annie » fut particulièrement ressentie dans les Iles, et de nos jours, nombreux sont les Saint-Pierrais qui regrettent de ne plus voir la familière silhouette de ce bateau qui rendait de si grand services à notre territoire.

4 réflexions au sujet de “03/11/1970 : Pascal-Annie, Cormorandière

  1. Bonjour!

    je viens de lire la fin du Pascale Annie, nous avions traverse de Fortune aux Iles St Pierre avec ce bateau en 1967 et en 1974 j’ai mis au monde une petite fille qui se nomme Pascale-Annie en l’honneur de ce petit navire.

    Je suis tres peinee d’apprendre ce qui est arrive.

    Merci aux auteurs de l’information

    • Bonjour Madame Roy,

      Mon nom est Jean-Denis Haran, je suis le fils du Capitaine et propriétaire du Pascal-Annie, j’ habite dans la région de Montréal Si toute fois vous passiez dans le coin nous serions très heureux de faire connaissance avec vous et votre fille Pascal-Annie, si vous désirez des photos du bateau nous serons en mesure de vous en envoyer, il existe aussi un timbre officiel du Pascal-Annie.
      Vous pouvez aussi me trouver sur Facebook.

      Bien à vous,

      Jean-Denis Haran

  2. Alors je crois que cela fonctionne maintenant, Donc ma fille demeure à Oakville Ont. à 7 heures de moi, je suis dans la région de St-Jérôme, les Laurentides. Je me souviens de votre père comme si c’était hier, il fumait le cigare et était très sympathique, il nous avait servi une larme de rhum, comme il disait, cela aidait à la traversée et en plus nous étions canadiennes du Québec. Ma fille porte très bien ce nom et je crois qu’il lui a aidé à réussir sa vie. Elle est Audiologiste et elle porte ce nom (prononcé au complet) depuis qu’elle est toute petite, et même les gens de langue anglaise doivent respecter cela. Donc on ne sait jamais peut-être que l’on pourrait se rencontrer un jour. Alors restons en contact. Merci à vous j’ai vu votre message, seulement cet après-midi. Au revoir Laurette Roy.

  3. J’aimerais bien avoir une photo du navire, s’il vous plaît, et un timbre s’il en reste.

    Grand merci.

Laisser un commentaire

*