01/01/1997 : Il était une fois l’électricité (Miquelon)

Il était une fois l’électricité (Miquelon)

Par Philippe Detcheverry

1991 restera dans l’histoire de l’électricité à Miquelon une année marquante.

En effet, au moment où les nouvelles installations E.D.F. vont être inaugurées, on fêtera aussi l’anniversaire de cette « fée » qui depuis quarante ans est présente dans tous les foyers du village.

Si Miquelon s’est énormément développé depuis presque un demi-siècle, et ce dans bon nombre de domaines, il en est un qui a effectué un pas particulièrement grand: c’est celui de la production et de la distribution de l’énergie électrique.

Tout a commencé en 1950, lorsque le matériel équipant la base de LAMALINE sur la côte sud de TERRE-NEUVE est démonté. Dans le lot, un groupe électrogène de 25 kw constitué d’un moteur diesel CUMMINS de quatre cylindres attelé sur un alternateur WESTINGHOUSE débitant une tension de 120-208 v pour une fréquence de 60 Hz. A titre d’indication, un groupe électrogène comme celui-là pourrait juste subvenir, aujourd’hui, aux besoins d’une seule maison équipée d’un chauffage électrique.

Un bâtiment était donc construit pour abriter ce moteur, ou plutôt ces moteurs puisqu’un deuxième groupe du même type, mais neuf cette fois devait être installé dans le même temps.

Mis en route notamment par Messieurs Pierre Marie LEBAILLY et Roger LALANNE, aidés de deux Miquelonnais, Messieurs André ILHARREGUY et Clément POIRIER, cette centrale dépendait alors des Travaux Publics avant de devenir Municipale le 1er janvier 1952.

Lire la suite01/01/1997 : Il était une fois l’électricité (Miquelon)

01/01/1997 : Les lumières de la ville

Les lumières de la ville.

Par Georges Poulet

Le Pionnier
1898-1948

On pourrait la commencer comme un conte de Noël. Il était une fois un pionnier…, l’ingénieur François Thélot, un Grandvillais industrieux, qui exploitait à Saint-Pierre, un important atelier de fonderie vers 1895. Il s’était mis dans la tête de doter cette petite ville de pêcheurs, d’une installation électrique, alors qu’en fait d’éclairage, on n’y connaissait que la lampe à pétrole (lampe à schiste) et quelques réverbères allumés le soir par un employé municipal.
L’électricité était alors dans ses balbutiements la dynamo datait de 1870, la lampe à incandescence de 1887 et le courant alternatif en était au stade du laboratoire. Les grandes villes s’éclairaient au gaz, grâce au fameux « bec Auer ».

La première Centrale
1898

L’idée de M. Thélot était donc ingénieuse, mais aussi téméraire. Il lui fallait surmonter bien des difficultés, emplacement, choix de la machine, transports, installation, mise en place d’un réseau, comptes d’exploitation, etc… Et s’il eut des appuis, il ne dut pas manquer de détracteurs, comme peut le laisser supposer le silence total des autorités de l’époque, non sur l’événement relaté dans la Feuille Officielle du 19 Février 1898, mais sur le nom de M. Thélot. Il n’y est question en effet que de deux Américains, MM. Mackay et Wing.

Lire la suite01/01/1997 : Les lumières de la ville